Vous êtes ergonome ou chargée d’HSE (Hygiène, Sécurité, Environnement) ? Ou un collaborateur qui souhaite mettre en place un plan d’action afin de prévenir l’apparition des TMS ? Et vous ne savez pas comment vous y prendre, et vers qui vous tourner ?

La prévention des troubles musculosquelettiques doit être considérée comme une démarche à 360 degrés, puisqu’elle concerne un bon nombre d’acteurs au sein même d’une structure. Tour d’horizon de ces différents profils, tous autant impliqués dans ce problème majeur qu’est la première maladie professionnelle de France.

La direction

Il est nécessaire d’inclure la direction dans le projet de prévention des TMS d’une entreprise. En effet, c’est elle qui pourra engager le projet et en assurer sa constance et durabilité. De par sa volonté, les priorités et les moyens – humains et financiers – qu’elle est en mesure de libérer, la démarche de prévention des TMS peut vite devenir un réel succès.

Le responsable de production

Le responsable de production, de par sa fonction, est proche des opérateurs. En effet, puisqu’il encadre plusieurs collaborateurs, il a une vision globale de la réalité métier, des ressentis que peuvent éprouver les opérateurs, du fonctionnement collectif… Et est également directement impacté par les TMS puisqu’il est celui qui doit gérer le bon fonctionnement des équipes lors d’absences ou de restrictions médicales.

Et s’il met en place une démarche de prévention des TMS, le responsable de production peut cartographier ses postes de travail, notamment avec la solution KIMEA. Cela amène la possibilité d’analyser ses lignes de production en toute simplicité, ce qui lui apporte une vision globale de son site d’un point de vue physique et biomécanique.

Essayez KIMEA Cloud gratuitement pendant 30 jours

L’ingénieur méthode

Puisque l’ingénieur méthode conçoit, organise et optimise la production d’une entreprise, il est également un bon interlocuteur à inclure dans la démarche de prévention des TMS.

Là aussi, la solution KIMEA est un bel atout. L’ingénieur méthode peut identifier facilement s’il y a un décalage entre les temps de gamme prescrits et le temps réel. Par ailleurs, en rentrant chaque tâche pour chacun des postes de travail, l’ingénieur méthode peut réaliser un diagramme d’activité détaillé (temps, risques TMS, articulations sollicitées, etc.).

Ces données, très utiles pour prévenir les troubles musculosquelettiques, apportent un réel soutien à l’ingénieur méthode qui peut ainsi mettre au point des postes de travail plus adaptés pour les opérateurs.

Les opérateurs

En parlant des opérateurs… Ils sont les premiers concernés par les TMS. Douleur, handicap, réduction des facultés motrices et – pour certains – désinsertion professionnelle : ils sont de ceux qui subissent de plein fouet les conséquences physiques de la première maladie professionnelle de France.

Au-delà de la connaissance et de la compréhension des TMS et du plan d’action mis en place par l’entreprise, les opérateurs doivent être pleinement associés à la démarche de prévention. Ils ont une perception fine de leur travail et de leurs contraintes et sont également au plus proche de la réalité métier. Les opérateurs sont de ce fait des acteurs incontournables, notamment lors des phases d’analyse et de recherche de solutions adéquates.

Et grâce à KIMEA, les opérateurs peuvent devenir pleinement acteurs de la démarche de prévention des TMS. En effet, puisque la captation de leurs mouvements est simplifiée, ils peuvent être facilement sollicités.

Les opérateurs subissent des TMS;

Les représentants des salariés

Ici, on peut tout autant parler du CSE (Comité Social et Économique) que du CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail). Ces deux institutions représentent le personnel et protègent leur santé et leurs droits.

Plus précisément, le CHSCT est un référent qui peut apporter des informations concrètes afin de mieux comprendre les TMS de l’entreprise. Le comité peut réaliser un suivi de la situation ou encore recueillir les difficultés rencontrées et exprimées par les opérateurs.

Attention, toutes les entreprises n’ont pas de représentants des salariés. 

La médecine du travail

Interlocuteurs capitaux, le médecin du travail et son équipe apportent toute leur connaissance des pathologies, des situations de travail et le suivi des salariés. 

Grâce à Moovency, le médecin du travail peut également utiliser la solution KIMEA et ainsi obtenir une vue globale d’un poste de travail, ainsi que les scores par articulations des opérateurs. La solution lui apportera des données fiables sur les risques des TMS. Couplées à son expertise, ces données lui permettent alors d’identifier les priorités dans l’entreprise.

Le médecin du travail et son équipe pourront également utiliser KIMEA pour :

  • obtenir des connaissances des postes et de leurs contraintes biomécaniques ;
  • concevoir la fiche entreprise ;
  • améliorer les postes postes ;
  • ou encore mieux cibler les postes de travail sur lesquels un opérateur peut reprendre son activité en cas de contre-indication ou en cas de retour à l’emploi.

Essayez KIMEA Cloud gratuitement pendant 30 jours
Loading...