TMS : Quels sont les facteurs de risque des TMS ?

Les Troubles Musculosquelettiques (TMS) sont des maladies multifactorielles qui recouvrent un large ensemble d’affections au niveau articulaire (muscles, tendons, nerfs, vaisseaux, cartilages). Leur apparition est due à une combinaison de facteurs de risques qui sont les :

  • Facteurs Individuels
  • Facteurs Environnementaux
  • Facteurs Psychosociaux
  • Facteurs Organisationnels
  • Facteurs Biomécanique

Dans cet article, nous allons explorer en détail ces différents facteurs de risque des TMS et comment les prévenir.

Facteurs Individuels

Les facteurs individuels sont liés aux caractéristiques intrinsèques des individus et leur hygiène de vie. Cela peut être l’âge, le genre, l’état de santé de la personne ou ses antécédents médiaux. A titre d’exemple, une personne en surpoids, souffrant de diabète ou de rhumatismes inflammatoires sera sujette à un risque plus élevé. Cependant, les variabilités interindividuelles peuvent également être liées à l’absence de formation à la tâche ou l’ignorance des modalités de réalisation. Chaque individu étant singulier, il existe une « sensibilité individuelle » qui pour un même geste effectué, provoquera une tendinite chez certaines personnes et pas d’autres.

Facteurs Environnementaux

Les facteurs environnementaux sont des facteurs de risque indirects aggravants. Lorsqu’une personne y est soumise, elle est davantage exposée au risque de TMS.
L’exposition au froid : Elle perturbe l’activité manuelle et provoque l’imprécision des gestes, des gelures, des assoupissements, des crampes, de l’hypothermie, une diminution de l’irrigation sanguine des doigts (syndrome de Raynaud), …
Les vibrations : Elles peuvent affecter le système vasculaire, le système musculo- squelettique mais aussi provoquer des microtraumatismes sur les articulations, des hernies discales, …
L’éclairage inadapté : Force la personne à prendre des postures inconfortables et inadaptées.
Dans les facteurs environnementaux nous pouvons aussi citer le volume sonore, l’espace, les outils de travail, …

Facteurs Psychosociaux

L’insatisfaction et le stress au travail, le manque de reconnaissance, la monotonie, la pression temporelle et les mauvaises relations entre collègues ou avec la hiérarchie sont des risques psychosociaux pouvant causer l’apparition des TMS. En effet, ils provoquent une perception négative chez le salarié et une souffrance muette. La tension musculaire augmente et la perception de la douleur est accrue.
A titre d’exemple, lorsqu’un salarié est soumis au stress, son tonus musculaire est augmenté et il secrète des substances pouvant favoriser des œdèmes ou inflammations (Aptel, 2001). C’est pourquoi les pathologies liées au stress répété prédisposent à des pathologies inflammatoires.

Facteurs Organisationnels

L’organisation du travail impacte grandement la survenue des TMS, leur maintien ou leur aggravation. En effet, cela détermine en bonne partie l’intensité des autres facteurs de risque des TMS (posture, efforts, répétition), et peut également générer du stress en cas d’organisation inappropriée. Voici quelques exemples de facteurs organisationnels qui augmentent le risque de TMS :
• Le manque de pauses
• Durée de travail excessive
• Charge de travail élevée
• Le manque de marges de manœuvre
• Rythme de travail soutenu
• Poste de travail inapproprié
• Standardisation des modes opératoires
• La pression temporelle

risque tms

Facteurs Biomécaniques

Il y a enfin les facteurs biomécaniques qui sont liés à la répétitivité du travail, les postures et l’effort.
La répétitivité : Lorsqu’on exerce une activité avec une faible variation des tâches, ce sont les mêmes zones musculo-squelettiques qui sont sollicitées en continu. Si nous ajoutons à cela une forte cadence de travail, le risque de TMS est très grand, si la récupération entre les mouvements n’est pas suffisante.
Les efforts et la force : L’intensité est estimée en fonction de la charge et sa dynamique (statique ou répétée et intermittente). Lorsque l’effort dû à une charge lourde est trop intense, cela peut engendrer des lésions au niveau des ligaments, des tendons ou des muscles. Pour évaluer l’impact de la charge sur le risque de TMS, il existe différentes méthodes et outils. Dans le logiciel KIMEA , cette composante est aisément prise en compte directement dans le logiciel ou le préventeur peut insérer le poids de la charge.

Les postures : Lorsqu’elles sont inconfortables ou maintenues durant de longues périodes, elles peuvent provoquer des TMS. C’est le cas notamment lorsque le travail nécessite de lever les bras au-dessus du niveau des épaules.

Conclusion

Ces nombreux facteurs expliquent pourquoi les TMS sont des pathologies multifactorielles. Il n’est pas possible de les prévenir sans prendre en compte toutes les composantes qui rentrent dans l’équation. Il y aurait bien évidemment tant de notions à développer sur les facteurs de risque des TMS mais cet article se veut synthétique afin de vous donner les principales clés.

Vous êtes préventeur et vous aimeriez approfondir vos connaissances sur les TMS ? Nous explorons toutes ces notions en détail dans notre formation « Généraliste TMS ». Contactez nos équipes pour en savoir plus.

Loading...