Clap de fin pour notre dossier spécial « absentéisme ». Après vous avoir présenté les causes de l’absentéisme en entreprise, et ses conséquences, nous allons à présent nous pencher sur les solutions.

Comment bien anticiper et préparer sa démarche ? Et quelles actions concrètes pouvez-vous mettre en place ? Nous faisons le tour, pour vous, pour votre entreprise et pour vos salariés.

 

Une démarche globale et d’entreprise

Il est important de souligner que la prévention de l’absentéisme ne doit pas être un projet de coin de table. Ce n’est pas quelque chose que l’on improvise, seul, de son côté.

La lutte contre l’absentéisme est un projet d’entreprise. Et il doit être traité dans une démarche globale.

1 > Dans un premier temps, vous devez lister et rassembler les acteurs les plus à même de vous accompagner dans ce projet. La direction des ressources humaines, les représentants des salariés, les responsables de production… de nombreux profils sauront apporter un point de vue différent et leur pierre à l’édifice. 

2 > Une fois rassemblés, ces acteurs forment plusieurs groupes. 

  • Il y a le comité de pilotage qui regroupent toutes les instances décisionnelles sur le projet ;
  • et aussi des « groupes de travail » qui peuvent traiter de problématiques précises (exemple : le maintien dans l’emploi des salariés ou encore la prévention primaire sur un poste ciblé). Et plus les profils du groupe seront variés, plus votre groupe pourra avoir une vision 360° de la situation.

3 > Ensuite, vous pouvez présenter un programme à votre comité de pilotage. Dans ce programme, vous pourrez trouver les éléments suivants :

  • Quantification et qualification de l’absentéisme dans votre entreprise ;
  • Détermination et analyse des causes ;
  • Réflexion et soumission de propositions de solutions et d’actions ;
  • Planification des actions et réflexion autour de la pérennisation de la prévention de l’absentéisme ;
  • Plan de communication : information et sensibilisation auprès des salariés de l’entreprise.

4 > Le comité de pilotage sera également en mesure d’épauler l’ensemble de la chaîne managériale de l’entreprise. Ainsi, il pourra les accompagner dans la sensibilisation, la formation, la mise en place d’objectifs et d’outils de mesure, etc.

5 > Les groupes de travail et le comité de pilotage devront se réunir régulièrement pour observer et commenter l’avancée du projet.

6 > Enfin, le rôle du comité de pilotage sera également de communiquer sur les (bons) résultats obtenus grâce à la démarche de prévention de l’absentéisme mise en place au sein de votre entreprise !

De l’importance du dialogue social

Au-delà de la démarche globale d’entreprise, l’absentéisme doit également être vu par le prisme de l’opérateur. Par exemple, lorsque que l’on met en place une démarche de prévention au sein d’une structure, le dialogue social est instauré. Et, à ce moment-là, la question de l’absentéisme est très régulièrement soulevée. 

Avant de nous pencher spécifiquement sur la question des troubles musculosquelettiques, nous allons faire un point sur le dialogue social. 

Dialogue social pour prévenir l'absentéisme en entreprise

L’objectif de cette démarche est avant tout d’impliquer les collaborateurs dès le départ en instaurant un climat de bienveillance où chacun se sent libre d’échanger sur les questions liées au travail. Cette étape clé va permettre de prévenir les facteurs de dégradation du travail et d’optimiser les performances de façon plus globales via le prisme de l’écoute et de l’entraide. 

Ces moments dédiés à la parole se traduisent par plus de réunions et d’espaces de discussions et touchent des sujets aussi variés :

  • l’organisation du travail ;
  • la santé et la prévention des risques ;
  • les aspects économiques de l’entreprise.

Cette relation de proximité avec les salariés et leurs représentants (délégués du personnel) permet de renforcer la qualité du dialogue avec la direction. Véritable lanceur d’alerte, ce dialogue social se révèle de plus en plus indispensable pour mobiliser les ressources et moyens nécessaires pour pallier les éventuels dysfonctionnements. 

Le but est également de travailler sur la valorisation de vos salariés. Plus un salarié se sentira valorisé et plus il sera impliqué dans son travail et dans les projets futurs. Montrer à vos salariés qu’ils sont experts et valoriser ce qu’ils peuvent apporter à la construction des projets peut leur donner la considération qu’ils espèrent d’une bonne équipe de management. Le salarié est alors un acteur impliqué et développe une culture d’entreprise.

En plaçant l’intelligence collective et humaine au cœur du dialogue social, on peut prévenir des risques liés à l’absentéisme en entreprise de façon durable.

Accompagnement du salarié pour prévenir l'absentéisme en entreprise

L’accompagnement du salarié après une absence

Qui dit absentéisme, dit retour du salarié sur son lieu de travail. Et cette étape ne doit pas être prise à la légère. Elle est même primordiale pour éviter que le salarié ne rechute ou ne soit désocialisé au sein même de sa structure. 

En effet, en 2019, 41% des salariés qui ont été absents l’ont été plus d’une fois. Et souvent, c’est la mauvaise réintégration qui en est responsable. Toujours en 2019, « 19 % des salariés se sont absentés une nouvelle fois en raison d’une mauvaise réintégration et 46 % s’agissant de salariés ayant été absents plus de 3 mois. »

Bien anticiper le retour du salarié

Malheureusement, trop nombreux sont les salariés qui retrouvent leur poste et leur lieu de travail sans accompagnement. Pourtant, des actions concrètes peuvent être simplement mises en place afin de favoriser le retour du salarié, tel que l’aménagement du poste de travail.

Ici aussi, KIMEA peut vous accompagner. En effet, vous pouvez fournir à la médecine du travail, et/ou au responsable des ressources humaines, la cartographie de postes que vous aurez réalisé avec votre solution et les analyses faites par les préventeurs. Cela leur sera très utile pour construire un retour préservant pour le salarié, aux besoins et aux ressources de chacun. Et, tout cela, sans création d’un risque d’exclusion ou encore de déshumanisation de l’opérateur. 

L’évaluation de la charge de travail ou l’évolution des pratiques managériales peuvent également être des pistes intéressantes pour assurer un meilleur retour de votre opérateur.

Et que dit la réglementation sur l’absentéisme en entreprise ?

Le retour d’un salarié au sein d’une entreprise peut s’inscrire dans un cadre juridique

D’après le code du travail (Article L6315-1), un entretien de retour est obligatoire pour les salariés qui ont eu une longue absence (plus de trois mois). L’arrêt de travail pour longue maladie est concerné par cet article.

Cet entretien doit réunir le manager direct de l’opérateur et ce dernier. L’objectif ? Échanger. Échanger sur l’organisation du travail, échanger sur les perspectives de carrière… Et, surtout, échanger sur le retour du salarié pour s’assurer que tout se passe au mieux.

De plus, après un arrêt d’au moins trente jours, le code du travail a également son mot à dire. L’article R. 4624-22 stipule que la reprise du travail doit être également assortie d’une visite de reprise. Cette visite de reprise du travail doit :

  • être organisée par l’employeur ;
  • se tenir dans les huit jours après le retour du salarié au sein de votre structure ;
  • et délivrer un avis sur l’aptitude du salarié à reprendre son poste, par la médecine du travail.

Attention, si un salarié est déclaré comme étant apte, il doit retrouver son emploi (ou bien un emploi similaire). La rémunération, quant à elle, se doit d’être équivalente. Ainsi, aucun élément essentiel du contrat de travail ne peut être modifié (fonction, lieu de travail et rémunération).

La prévention des TMS au service de la prévention de l’absentéisme en entreprise

Chez Moovency, nous sommes convaincus que la prévention des TMS et la prévention de l’absentéisme sont intrinsèquement liées. En effet, une prévention des TMS efficace entraîne :

  • une augmentation du bien-être au sein de vos effectifs ;
  • de meilleures conditions de travail ;
  • et une amélioration de vos performances (puisque vos salariés restent en poste, leur savoir-faire n’est pas perdu et votre image de marque est impactée positivement).

Et tout cela impacte fortement l’absentéisme… En le réduisant.

C’est pourquoi KIMEA peut devenir votre meilleur allié dans la prévention des TMS et, in fine, dans la prévention de l’absentéisme. Voyons ensemble comment.

KIMEA Cloud, pour plus de mobilité et de simplicité

Notre nouvelle solution KIMEA Cloud vous permet d’embarquer dans votre poche un outil très puissant pour quantifier les risques biomécaniques de TMS : votre smartphone

Grâce à notre application, vous allez pouvoir filmer vos opérateurs de manière non-invasive, sans entraver leur travail.

KIMEA Cloud lutte contre les TMS

De la capture vous pourrez générer un squelette 2D puis, sur la plateforme web, le jumeau numérique 3D de votre opérateur…. Vous obtenez alors des données relatives à la biomécanique de l’opérateur, point d’entrée à l’analyse globale de leur activité.

En utilisant KIMEA Cloud, la quantification des risques biomécaniques de TMS est obtenue plus rapidement que lors d’une analyse traditionnelle. Les données sont également :

  • plus fiables ;
  • plus complètes ;
  • et plus comparables.

Le temps gagné pourra être mieux utilisé pour l’étude des solutions.

KIMEA Cloud,  grâce à la mise en visibilité des contraintes des opérateurs à travers les données chiffrées, est une porte d’entrée dans les discussions et dans les négociations pour l’amélioration des conditions de travail. Cela permet d’accompagner le dialogue social dont nous parlions plus tôt.

Enfin, KIMEA Cloud c’est également une solution de pilotage métier qui vous permettra de répondre à tous vos cas d’usage opérationnels et réglementaires.

Cartographier ses postes pour bien placer ses salariés

La cartographie de poste peut s’avérer très utile : les préventeurs vont pouvoir déterminer quel poste sollicite plus telle ou telle articulation. Avec KIMEA, cette opération va pouvoir être réalisée en toute simplicité.

Prenons un exemple. Dans un cadre préventif, dès qu’un salarié se plaint d’une douleur (par exemple, l’épaule gauche), vous serez alors capable de placer votre opérateur sur un poste qui va moins solliciter cette articulation. Votre salarié sera donc encore opérationnel mais l’articulation douloureuse, elle, serait au repos.

Ainsi vous évitez de générer une douleur, un TMS… et une absence.

Cela vous permettrait également de prendre le temps de faire une intervention sur le poste et de comprendre d’où vient la douleur, pour pouvoir prévoir les aménagements nécessaires.

Sensibiliser et former les opérateurs pour mieux prévenir les TMS

La prévention des TMS, et donc de l’absentéisme, peut également passer par la case « sensibilisation ». En effet, sensibiliser les opérateurs aux risques de TMS, et plus globalement aux notions de santé et sécurité au travail, pourrait être bénéfique pour votre entreprise. 

Des modules comme KIMEA GP ou KIMEA VR peuvent s’intégrer dans cette volonté en aidant l’opérateur à se projeter concrètement et à adopter les bonnes pratiques.

Chez Moovency, nos ergonomes proposent également aux entreprises de co-construire une prévention durable et de mettre le travail social, et la parole des opérateurs dont nous parlions plus tôt, au cœur de la prévention.

Accompagner les nouveaux opérateurs

Nous l’avons évoqué dans nos précédents articles de notre dossier sur l’absentéisme en entreprise : ce phénomène implique généralement le recrutement de nouveaux salariés qui sont pour – la plupart – intérimaire. 

Et ces nouvelles recrues ne sont potentiellement pas formées aux métiers… Ni même aux bons gestes professionnels. Il est donc très important de mettre la formation au sein de l’accompagnement de vos nouveaux salariés dans votre structure. 

Ainsi, prendre du temps hors de la production pour proposer un apprentissage  « gestes et postures » aux nouveaux salariés n’est pas du temps perdu, bien au contraire. De plus, vous pouvez également créer des binômes (parrain/marraine avec un nouvel arrivant) : on parle ici de formation par tutorat.
Cela permettra aux salariés qui ont plus d’expériences d’offrir de nombreux conseils et de bonnes pratiques qui pourront aider vos nouveaux salariés à atteindre leurs objectifs sans faire de compromis sur leur santé.  

 

Pour résumer…

Oui. L’absentéisme, on en parle. Et on en parle haut et fort.

Chez Moovency, nous sommes convaincus qu’il faut en parler. Qu’il faut parler de ses causes, parfois très nombreuses. Qu’il faut également parler de ses conséquences, tout autant impactantes pour vos salariés que pour votre entreprise. Et, surtout, qu’il faut parler des solutions qui peuvent être mises en place.

L’absentéisme est un sujet d’entreprise qu’il ne faut pas cacher sous un tapis. C’est un sujet qui doit être porté par l’équipe dirigeante et, plus globalement, par l’ensemble des salariés. 

Bonne nouvelle : ce n’est pas un problème que vous devez forcément gérer seul, de votre côté. Nous avons bien conscience que, par la pluralité de ses causes, les solutions à mettre en place pour combattre l’absentéisme sont également très nombreuses… Et le sujet peut paraître bien trop complexe.

Notre équipe d’expert peut vous accompagner dans vos démarches réglementaires et également à analyser le « pourquoi » de votre haut taux d’absentéisme et vous montrer comment vous pouvez le réduire.

 

SOURCES : https://www.affiches-parisiennes.com/le-taux-d-absenteisme-en-france-atteint-511-en-2019-10867.html

Loading...